Horizontal CSS3 Menus Css3Menu.c

 

 

Phyto-Anatomie

 

Intérieur

 

Extérieur

 

Intérieur
L' approche « intime » de Catherine Baas révèle les difficultés de l’humain à s’adapter aux différents milieux et pressions extérieurs.

Les pressions spatiales ou sociales, loin de notre nature intérieure, sont ressenties parfois comme des cages, des carcans.

Aimer l'abondance, plutôt que distinguer et choisir donc exclure.  Violence et épanouissement de toute éclosion. 

Ouvrir largement les bras pour accueillir. «Vivre», c'est ce qui nous est dit ici, à la fois avec force et beauté.
 
Marie Catherine Baas s'enthousiasme quand est suggéré ce qui est caché. 

Elle s'interroge : Qu'y a-t-il sous la peau ? soit.  Mais surtout: quelle est cette membrane, cette enveloppe qui cache, qui sépare, qui divise ?

 

 

Pour explorer ces limites, elle met à l’épreuve son propre corps mais se tourne aussi vers l’univers animal et végétal,

études qui élargissent son champ de vision.
Dans une attache de plante, une cavité de fruit, un geste animal, elle trouve un écho avec notre propre corps.

Toutes ces morphologies du monde poussées par une vitalité sans cesse renouvelée, relèvent de la même force fragile.

Comme si dans l’ordre du monde vivant, tout était tendu, relié par des fils ténus.


L’idée du corps comme un tout (corps humain, végétal, animal): éléments qui s’assemblent guidés par la même pulsion vitale.

 

 

Elle travaille depuis 20 ans sur les différents déploiements du corps dans l’espace.
Elle est amenée à s’affirmer d’une part dans des réalisations in situ à grande échelle (création de sculptures pour le festival international des Jardins de Chaumont, centre d’art et d’essai sur le paysage de Lacroix Laval à Lyon, Cheminement de Sculptures à Gigondas…), et d’autre part dans un travail intime et analytique de peintre en multipliant les champs d’exploration des corps (corps végétal, animal et humain).


Son approche « intime » révèle les difficultés de l’humain à s’adapter aux différents milieux et pressions extérieurs. Les pressions spatiales ou sociales, loin de notre nature intérieure, sont ressenties parfois comme des cages, des carcans.
Pour explorer ces limites, elle met à l’épreuve son propre corps mais se tourne aussi vers l’univers animal et végétal, études qui élargissent son champ de vision.
Dans une attache de plante, une cavité de fruit, un geste animal, elle trouve un écho avec notre propre corps. Toutes ces morphologies du monde poussées par une vitalité sans cesse renouvelée, relèvent de la même force fragile. Comme si dans l’ordre du monde vivant, tout était tendu, relié par des fils ténus.
L’idée du corps comme un tout (corps humain, végétal, animal): éléments qui s’assemblent guidés par la même pulsion vitale.
Catherine Baas est, par le biais de ces recherches en dessin et peinture, amenée à s’affirmer à une autre échelle dans des réalisations in situ dans la nature.

 

© copyright globaldesign 2016

 

Catherine BAAS, 1 rue de la condamine 42220 St Julien Molin Molette France

telephone : 33.(0)6 61 04 15 30

mel:marie-catherine.baas-bancel@univ-lyon3.fr